Apres les allégations du pouvoir en place et relayé par la presse complice, voici mon droit de réponse

Merci de bien vouloir publier dans la prochaine édition de votre journal ce DROIT DE REPONSE

 

 

A la lecture de votre article «Guingamp se montre fidèle à la gauche» publié dans votre édition de ce 22 mars, je souhaite apporter un rectificatif à la scène surréaliste décrite par votre journaliste, pourtant sur place lors des faits, en compagnie de Mona BRAS tête de liste des Verts, lors de l’incident.

Candidate, mais aussi déléguée de liste pour le secteur de Guingamp, j’ai fait toute la journée la tournée des bureaux de vote, afin de vérifier l’application impartiale du code électoral.

 

A 11h30 ce dimanche matin, une électrice s'est présentée seule au Bureau de vote Saint Sauveur, à la table de décharges tenue par un membre du bureau.

Elle lui a dit être illettrée, et qu’elle souhaitait s’en remettre à l’assesseur de la mairie, lui demandant de «mettre le bon bulletin dans l’enveloppe», ce que l’assesseur s’est empressé de faire dans l’isoloir, accompagnant l’électrice.

Précisons quand même qu’aux termes du Code Electoral, un membre du bureau de vote doit être neutre et ne peut en aucun cas accomplir cette tâche.

 

L’article L 65 de ce même code électoral précise que «seul un électeur atteint d’infirmité le mettant dans l impossibilité d’introduire son bulletin dans l’enveloppe et de le glisser dans l’urne peut se faire assister par un électeur de son choix».

 

Que l’on ne s’y trompe pas. Une personne tierce (un ami, de la famille, un inconnu etc.) aurait parfaitement pu l’aider à choisir son bulletin et elle aurait du l’introduire SEULE dans son enveloppe dans l’isoloir.

Et je m’insurge en faux sur ce que mentionne votre article : A aucun moment je ne me suis offusquée de la difficulté de cette électrice ; j’ai juste demandé l’application de la règle et le respect de la confidentialité de son vote :

 

En pure perte puisque quelques instants après, Mona Bras a informé publiquement du choix de vote de la personne en nous disant bien la connaître et qu' «elle ne votait ni pour les verts ni pour la majorité présidentielle», ce qui laissait sous entendre que son choix probable était celui de la troisième liste. En matière de confidentialité et de respect, on repassera…

 

Dernier acte de cette farce triste : Le soir même, on retrouvait ladite électrice à la mairie, à la table du dépouillement auquel elle prenait une part active…